• Tayssa Waldron

#12 La victime est coupable ! Oh pas si vite âœ‹đŸœ



🧠 DĂ©clic de la semaine

C’est l’histoire de Cecilie, une jeune femme qui un jour tomba amoureuse d’un supposĂ© prince charmant. Mais ce conte de fĂ©es ne se termine pas par : « Iels vĂ©curent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Mais bien par elle se retrouvera seule et avec plus de 250 000 $ de dettes.


Quelle est votre premiĂšre rĂ©action face Ă  cette histoire ?

Vous la croyez crĂ©dule, naĂŻve ?

Si oui, nous sommes, une grande majoritĂ© Ă  penser que les personnes victimes d’une arnaque sont naĂŻves.


Mais en réalité, nous sommes tous·tes vulnérables aux arnaques. Les escrocs utilisent des mécanismes psychologiques sophistiqués qui ne sont pas toujours évidents à décerner. Chaque jour, il y a des milliers de personnes qui en sont victimes (avoir un chiffre précis est difficile, car les victimes ne porte pas toujours plainte.)


Pourquoi je vous parle de ça, c’est parce que j’ai regardĂ© L’arnaqueur de Tinder. Un documentaire sur Netflix qui raconte l’histoire de Simon Leviev, un homme qui a mis en place une arnaque financiĂšre inspirĂ©e du modĂšle de Ponzi. Il courtisait des femmes sur Tinder en se faisant passer pour une riche diamantaire, avant de leur extorquer des milliers de dollars. Durant presque deux heures, on va suivre son procĂ©dĂ© Ă  partir de l’histoire de 3 victimes.


⚠ Je vais spoiler un peu, mais pas beaucoup. Promis ! 😅


Au dĂ©but du documentaire, il y a une analogie intĂ©ressante entre les contes de fĂ©es et les modĂšles amoureux imposĂ©s aux femmes. Ce que je retiens, c’est qu’en tant que femme, nous sommes conditionnĂ©es dĂšs notre plus jeune Ăąge Ă  donner de l’amour (le fameux « Care »). Et c’est par une manipulation affective que l’arnaqueur va rĂ©ussir Ă  saisir la vulnĂ©rabilitĂ© de ses victimes. Mais malheureusement, cela n’a pas suffi pour les Ă©pargner du « Victim blaming », qui consiste Ă  penser que les victimes mĂ©ritent ce qui leur arrive. C’est une pratique assez courante et socialement acceptable. (Malheureusement !)


Un petit exemple de « Victim blaming ».

MalgrĂ© sa naĂŻvetĂ©, on a presque de la peine pour elle, tant sa recherche de l’ñme sƓur l’a conduite au bord du prĂ©cipice. [
] le documentaire ne remet jamais en question les attentes rĂ©elles de ses victimes, qui clament — Ă  l’exception de Ayleen — avoir succombĂ© au grand amour ou Ă  une amitiĂ© sincĂšre, mais en rĂ©alitĂ© ont Ă©tĂ© hypnotisĂ©es par le luxe et les moyens dont disposait apparemment leur bourreau. — Le parisien

Kayleigh Roberts, explique dans « The Psychology of Victim Blaming » que tenir les victimes pour responsables de leur malheur fait partie des mĂ©canismes de dĂ©fense que nous utilisons pour nous protĂ©ger. On se persuade qu’en adoptant le « bon comportement » ce genre de situation ne peut pas nous arriver. C’est le « impossible que ça m’arrive, car j’aurais fait ci ou ça ». En rĂ©alitĂ©, vivre une situation traumatisante crĂ©e souvent une dissociation et une anesthĂ©sie Ă©motionnelle chez les victimes. Il est difficile de savoir comment on pourrait rĂ©agir.


Dans le livre The Confidence Game (un fascinant livre sur la psychologie de l’escroquerie), Maria Konnikova explique que plus on se croit Ă  l’abri, plus nous sommes vulnĂ©rables. L’art de l’escroquerie repose principalement sur la crĂ©ation d’une bulle de confiance qui une fois activĂ© nous rend vulnĂ©rable aux sollicitations Ă©motionnelles. Pour vous donner un exemple, j’ai pris des notes, voici le processus de l’arnaCoeur de Tinder :

  1. Une promesse intĂ©ressante (l’homme presque parfait, car il n’y a pas que des femmes victimes)

  2. Des preuves de la vĂ©racitĂ© de la promesse (l’écoute, attention aux petits dĂ©tails, etc.)

  3. La mise en confiance (les preuves d’amour et d’efficacitĂ©)

  4. Le moment d’urgence (activation de la peur chez les victimes)

  5. La décision et la mise en action (les victimes incarnent le syndrome du sauveur)

  6. Le maintien dans la zone de confiance (paralysie Ă©motionnelle et isolement)

  7. La culpabilisation (crĂ©ation d’un sentiment de responsable et de honte chez les victimes)

Nous ne sommes pas programmé·e·s pour reconnaĂźtre les mensonges (mĂȘme si l’on se persuade du contraire, si vous doutez encore pensez aux tours de magie). Cette incapacitĂ© Ă  dissocier le vrai du faux nous rend vulnĂ©rables. L’argent Ă©tant un sujet Ă©motionnel, il trĂšs facile de se laisser prendre par le chant des sirĂšnes (comme certaines formations en finance, voici un exemple). Il est important d’apprendre Ă  dire non avant de dire oui. (Oxmo Puccino le dit mieux que moi 😊)




📝 L'exercice de la semaine

Savoir prendre des dĂ©cisions n’est pas une compĂ©tence innĂ©e. C’est une activitĂ© qu’il faut pratiquer constamment et ajuster ses stratĂ©gies. L’exercice du jour est de crĂ©er sa stratĂ©gie pour prendre des dĂ©cisions sous pression.

  1. Trouvez un systĂšme pour Ă©valuer le degrĂ© d’importance de la dĂ©cision Ă  prendre (Ă©chelle de 1 Ă  5, la liste des options, une question, etc.)

  2. Constituez votre commission de décision et définissez ensuite les caractéristiques des personnages ou des personnes qui y siÚgent

  3. CrĂ©ation de votre salle de dĂ©libĂ©ration : quel est le choix que vous avez envie de prendre et pourquoi ?

  4. Ne jamais dĂ©cider seul·e, dĂ©finissez en avance la liste des personnes Ă  contacter pour vous aider Ă  faire un choix (comme une liste d’urgence).

L’objectif de faire cet exercice est de crĂ©er un outil (avant de vivre la situation d’urgence) qui va agir comme un mĂ©canisme automatique (le cerveau aime les expĂ©riences pour lui dire comment agir). Son objectif est double il vous aidera Ă  prendre du recul sur la situation et de formaliser votre dĂ©cision sans cĂ©der Ă  la pression.


C’est un peu comme une bouĂ©e de sauvetage !


Voici Ă  quoi ressemble ma stratĂ©gie de dĂ©cision sous pression : la Cour des Miracles (ne me demandez pas pourquoi 😂)



 

💊 Le petit boost

Apprenez à dire non pour ne pas sacrifier un ouiiiii !

 

🍭 Mon petit dĂ©clic Ă  emporter

On reste sur Netflix, Money Explained est une courte sĂ©rie documentaire Ă©ducative et ludique pour comprendre les fondamentaux de l’argent. Le premier Ă©pisode parle des arnaques financiĂšres.



 

Vous avez peur de rater la session de DĂ©clic'Gym đŸ’Ș ? Pas de panique, vous pouvez la recevoir directement par mail !