Rechercher
  • Tayssa Waldron

#17 Pourquoi c’est si dur d’épargner de l’argent ?



🧠 Déclic de la semaine


Après la question, comment gagner plus d’argent ? Pourquoi est-ce si dur d’épargner de l’argent ? arrive en top du classement sur Internet.


Plus que jamais nos porte-monnaie cris à l’unisson : « Aie l’inflation ! 🥴». Nous sommes une grande majorité à sentir que le coût de la vie qui augmente plus rapidement que nos salaires. De quoi mettre « épargner » sur le plan 3 (et oui, pour beaucoup, il est encore au plan 2).


De plus avec la généralisation et la facilité d’accès à l’endettement, les crédits s’apparentent comme la solution d’urgence pour faire face à nos pépins financiers ou encore pour financier nos projets. On se retrouve ensuite avec le dilemme de la poule ou l’œuf : « Je rembourse mon crédit ou j’épargne ».🤔​


D’après vous, qui gagne ?


Dans la séance d’aujourd’hui, on va explorer les principaux freins à l’épargne. Je vous partagerai également de petites astuces pour trouver la motivation pour commencer ou pour continuer à épargner.

Vous allez voir que ce n’est pas le montant qui compte. 🙃​

Mais avant petit échauffement ! 🙅🏽‍♀️


Au-delà des aspects structurels (présentés rapidement un peu plus haut), il existe des obstacles psychologiques qui se dressent sur notre chemin quand il s’agit d’épargner.


Raison 1 : on n’aime pas perdre.

Épargner pour sa retraite (loiiin là-bas !) nous donne l’impression que nous devons nous sacrifier aujourd’hui pour (peut-être) profiter plus tard. Cette tendance est connue sous le nom de biais d’aversion pour les pertes. C’est lorsqu’on pense qu’épargner pour le futur nous enlève de l’argent à dépenser immédiatement ce qui nourrit cette sensation de manque.


Raison 2 : on a l’esprit carpe diem. (YOLO)

On s’inquiète du futur, mais on aime encore plus le présent. Le principe de l’épargne, c’est de mettre de côté aujourd’hui pour dépenser demain, un peu comme des petits écureuils 🐿️​(collecte des glands en été pour continuer à festoyer en hiver). Mais épargner implique de faire des choix sur les dépenses et de changer certaines habitudes et donc une maîtrise de soi.

Et ça, on n’aime pas trop !


On peut avoir tout ce que l’on veut, mais on ne peut pas tout avoir. (Vous avez compris ? Je pense que c’est une citation d'Oprah).

Raison 3 : on a un peu la flemme. (membre gold de la procrastination club)

Bon ok ! La procrastination ce n’est pas de la flemme. Si l’on procrastine, c’est à cause de nos petites (mais aussi grandes) peurs cachées. En plus, nous avons tendance à remettre à plus tard les choses désagréables et prendre des décisions financières ce n’est pas toujours sympa à faire (avouez-le ! 😏). La tendance à la procrastination, associée à l’inertie, conduit à ce que l’on appelle le biais du statu quo : c’est le fait de rester dans la position actuelle qui est assez confortable, mais assez stressante.


Raison 4 : on a le temps, tranquille !

L’actualisation hyperbolique, c’est notre tendance à privilégier les récompenses immédiates, plutôt qu’un gain supérieur plus tard. Par exemple, 50 $, aujourd’hui, sera préférable à 100 $ dans 2 semaines.

Dans le contexte de l’épargne, cela signifie que nous serons plus disposées à épargner de l’argent plus tard, mais ce phénomène se poursuit, à plus tard et qui souvent arrive tardivement ou jamais. C’est presque similaire au biais de l’instant présent. (Lire ici)


Raison 5 : on a peur de faire le mauvais choix !

FOBO, ça vous parle ? C’est la peur d’une meilleure option (Fear Of the Better Options).

C’est lorsqu’on reste paralysé devant les diverses possibilités pour épargner. Quel compte choisir, combien mettre chaque mois, etc.

Tout ça s’accompagne de : « Et si… (bla-bla-bla) »


Je pourrais continuer la liste des freins à l’épargne, mais il est temps de passer aux solutions de contournement. Savoir, c’est bien, mais agir, c’est mieux, alors voici mes astuces pour vous motiver à épargner un peu d’argent sans vous prendre la tête.

  • Faites le choix le plus simple.

Vous n’avez pas encore de compte épargne, choisissez le compte épargne le plus simple à ouvrir. Vous pouvez également choisir une petite boite, une enveloppe, etc. Toutes les solutions sont bonnes du moment où vous le faites aujourd’hui. L’objectif est de commencer, on parlera de l’optimisation une autre fois.

  • Commencez tout petit.

Combien mettre en épargne ? C’est toujours la grande question. 1 % de vos revenus, c'est déjà une victoire. N’attendez pas de gagner plus d’argent pour commencer votre épargne. Commencez aujourd’hui avec 1 % puis augmentez par la suite. De plus, commencer par une petite somme réduira votre aversion à la perte. 5 $ d’épargne par jour, c’est moins douloureux que 150 $ par mois.

  • Donnez un sens à votre épargne.

On sait qu’il faut épargner, mais on a souvent l’impression que c’est pour une raison non personnelle. Il faut épargner et c’est tout. Mais pour son petit monstre YOLO, il faut lui donner une raison que même lui voudra y participer. Mais attention pas besoin de choisir LA raison qui vous demandera un temps de réflexion énorme et qui finira par une paralysie du choix. Une raison suffit et vous pourrez toujours la changer plus tard (personne ne le saura 😆​).

  • Automatisez !

Après, « il n’y a pas mort d’homme de parler d’argent », ma deuxième phrase préférée est :

« AUTOMATISEZ ! »

5 $ tous les vendredis et hop, c’est fait et on oublie jusqu’au moment du bilan financier. Ça ne prend que 2 min et toutes les banques proposent cette option gratuitement.

  • Testez, réajustez et continuez

Vous avez fait le premier pas, c’est bien, programmez dès à présent un rendez-vous avec vous-même dans 3 mois, 6 mois ou 1 an. Lors de ce rendez-vous, profitez pour vous féliciter d’être en action et de réajuster votre stratégie d’épargne.


📝 L'exercice de la semaine


Si la mise en action est encore difficile, voici un exercice pour provoquer le déclic : c’est l’écriture expressive. (C’est quoi encore ce truc !🤔)


C’est une technique pour trouver la motivation de commencer à épargner de façon durable par l’exploration de la question « Qu’est-ce qui compte vraiment ? ».


Le principe est simple, papier et stylo à la main trouvez un endroit calme et pendant 15 min écrivez les raisons essentielles qui vous pousseraient à épargner.

Pour vous aider, vous pouvez écrire sur :

  • Vos croyances utiles sur l’épargne

  • Vos croyances inutiles sur l’épargne

  • Pourquoi épargner ?

  • Vos questionnements

Pour obtenir de meilleurs résultats, écrivez au moins 15 minutes par jour pendant quatre jours consécutifs.


Ne vous souciez pas de la ponctuation, de l’orthographe et de la grammaire. Si vous êtes à court de choses à dire, tirez un trait ou répétez ce que vous avez déjà écrit. Gardez simplement le stylo sur le papier.


À la fin, vous devriez avoir une meilleure idée de vos priorités et de vos objectifs d’épargne à long terme.


Bonne chance !




💊 Le petit boost


Privilégiez le versement de votre épargne par jour, par semaine au lieu de l’envisager par mois. Par exemple, si vous décidez d’épargner 5 $ par jour, cela vous fera 1 825 $ dans un an (5 x 365 jours). Si vous épargnez 35 $ par semaine, cela vous fera 1 820 $ (35 x 52 semaines). Mais si vous épargnez 150 $ par mois, cela vous fera 1 800 $ dans un an (150 x 12 mois). Double avantage de cette technique, on épargne plus avec moins de souffrance.

 

🍭 Mon petit déclic à emporter


Si vous aimez les histoires, les retours d’expérience, vous allez adorer le podcast Thune. Chaque jeudi les journalistes Laurence Vély et Anna Borrel, proposent des récits financiers intimes sans tabou et sans langue de bois.

Les récits ont un vrai pouvoir pour provoquer son déclic du fric, alors n’hésitez pas à brancher vos écouteurs.


Bonne écoute !


👉🏽​ Pour écouter Thune






Vous avez peur de rater la session de Déclic'Gym 💪 ? Pas de panique, vous pouvez la recevoir directement par mail !